Traduction

samedi 12 mars 2011

Alla Nazimova (1879-1945)

nazimova vintage photo
1921
par Hal Phyfe - 1923
Camille - 1921
Salomé - 1923

De son vrai nom Mariam Edez Adelaida Leventon, Alla Nazimova était une actrice russe et américaine, et fut l'une des grandes stars du cinéma muet.
Très jeune, elle se montre très douée pour la danse et la musique. Elle apprend à parler le russe, le français et l'allemand. Après la séparation de ses parents, et une relation difficile avec sa nouvelle belle-mère, elle se consacre à la danse classique, et choisit le pseudonyme de Alla Nazimova, Alla étant le diminutif d'Adélaïde, que lui donnait sa mère, et Nazimova un hommage à l'héroïne du roman Les Enfants de la Rue.
Elle part pour Moscou et intègre à 17 ans l'école de théatre de Constantin Stanislavski où elle y apprend le métier d'actrice mais aussi celui de la mise en scène, des décors des costumes et de la lumière.
Elle se marie en 1899 avec Sergueï Golovine et parcourt l'Europe avec la troupe de Stanislavski.
Les interprétations d'Alla Nazimova dans les pièces de Tchekhov et d'Henrik Ibsen sont remarquées en Russie puis en Europe.
Alla quitte son mari et fuit la Russie en 1905 pour les Etats-Unis. Elle apprend l'anglais en quatre mois. À Broadway, elle devient la protégée de Charles Frohman dont elle devient l'actrice attitrée. Sa bonne connaissance des langues -elle parle également l'italien et le français- lui permet de jouer les pièces pour les émigrés dans leur propre langue et d'attirer l'attention de l'intelligentsia new-yorkaise impressionnée par l'actrice polyglotte.

Elle devient une star du théâtre, gagne très bien sa vie, et impose à travers l'Amérique des pièces d'un genre nouveau où elle défend l'émancipation de la femme :
"Pourquoi je préfère jouer Ibsen ? Tout simplement parce que Ibsen ne met pas en scène des héroïnes. Shakespeare lui le fait. Il y a de la grandeur, de la simplicité chez elles. Les femmes de cette époque étaient peut-être comme ça. Shakespeare les a peintes telles qu'il les a vues. Le rôle des femmes a beaucoup changé. La femme moderne est bien plus complexe. Elle sait plus de choses, fait plus de choses et doit être reconnue comme telle. Shakespeare montrait les femmes telles qu'elles étaient. Ibsen montre les femmes telles qu'elles devraient être".



Alla devient en 1916 la maîtresse de Mercedes de Acosta. Les relations homosexuelles étant mal vues et considérées comme un comportement déviant par l'Amérique puritaine, elle épouse un acteur britannique homosexuel, Charles Bryant, qui sera son compagnon dans la plupart des films qu'elle tourne pour la Metro-Goldwynn Mayer.

Pour son premier film, Epouses de guerre, elle obtient un succès phénoménal. Elle devient l'une des grandes stars de la MGM et tournera pour le studio 11 films en trois ans. Elle participe de très près à l'écriture, la réalisation et la production de ses films.
L'une de ses maîtresses, Jean Acker,lui présente son mari, Rudolph Valentino. Alla comprend vite son potentiel : elle voit en lui l'acteur idéal pour jouer son partenaire dans Camille, adaptation de La Dame aux Camélias. Elle lance alors le 'mythe Valentino' qui s'épanouira l'année suivante dans Le Cheik. 
Après l'avoir lancé en tant que 'latin lover', Alla quitte la Métro pour produire l'adaptation de la pièce d'Oscar Wilde, Salomé. Le film, avant-gardiste, aux décors art-déco, dans lequel elle montre tous ses talents de danseuse, est un échec retentissant.
Lâchée par Hollywood et ruinée, elle tentera alors de se suicider, mais continue par la suite à jouer au théatre.
À partir de 1940, elle fait des apparitions dans plusieurs films, le remake d'Arènes Sanglantes notamment, écrit ses mémoires et meurt en 1945 à l'âge de 66 ans.

(source : Wikipédia)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire